Il y a 13 visiteurs en cet instant

1997 - Les enclos paroissiaux bretons

N° Y & T 

Notes personnelles sur l´enclos de Guimiliau et quelques autres



Voir la page du timbre

L´enclos paroissial de Guimiliau a été édifié de 1533 à 1680, son calvaire (1581 à 1588) comporte 200 personnages et représente l´enfance de Jésus. Ce calvaire servait au curé de sorte de bande dessinée en 3 dimensions pour illustrer le catéchisme auprès des enfants, et faire des rappels aux adultes.

L´âge d´or des enclos paroissiaux a coïncidé à cette époque avec le développement très important du commerce maritime international breton. Les ports du monde entier étaient fréquentés par des navires de commerce breton, tant et si bien qu´au 16ème siècle et au début du 17ème le breton était la langue commerciale internationale presque au même titre que l´anglais maintenant.
La navigation à voile utilisait beaucoup le lin et le chanvre (voile, toiles, vêtements, cordages), les régions qui cultivaient, tissaient et commercialisaient le lin ont donc connu une extraordinaire période de richesse. Cette opulence s´est traduite par la construction de nombreux enclos paroissiaux dans la zone de culture et de commerce du lin.
Chaque village rivalisait avec son voisin pour avoir le plus bel enclos possible. Ce fut le cas entre les villages de Guimiliau et de Lampaul-Guimiliau distants seulement de 2 ou 3 kilomètres.

L´enclos est au départ un cimetière clos avec un calvaire, attenant à l´église paroissiale, qui s´est enrichi d´un ossuaire et d´un portique d´entrée ou porte triomphale (en fait de triomphe cette porte s´appelle porz ar maro en breton, porte de la mort !).
L´église, comme presque toutes les églises, est orientée est-ouest, mais on y accède par un porche orienté au sud, toujours très richement décoré, celui-ci donne généralement directement sur l´enclos paroissial. Contrairement aux autres églises du territoire continental le porche ouest est peu utilisé, et donc sobrement décoré, tout simplement pour se protéger des vents dominants, orientés d´ouest en est en Bretagne !

L´enclos paroissial, comme son nom l´indique, est clos. Il s´agit d´une mesure pratique, en effet à cette époque, dans ces villages ruraux poules et cochons circulaient en toute liberté, on prit donc rapidement l´habitude d´entourer le cimetière d´un enclos afin d´épargner ce lieu sacré de la souillure des ces animaux de ferme. Cette précaution fait que le portique d´entrée, toujours ouvert, comporte une marche pour monter, un petit muret à enjamber et une marche pour descendre. L´enclos était ainsi protégé de l´intrusion animale. On voit très nettement cette particularité à Plouneour-Ménez.

Si les personnages du calvaire servaient entre autres à l´éducation religieuse des enfants du catéchisme (c´est très visible à La Martyre où une galerie «pédagogique» au-dessus de la porte triomphale avait été aménagée en hauteur afin que le curé fasse son catéchisme de façon à être bien vu par tout le monde) ils servaient aussi à l´édification des plus grands, comme par exemple Katell Gollet (Catherine la perdue) la «pécheresse» dévorée par le démon (Guimiliau mais aussi Plougastel-Daoulas), où même ils servaient parfois de support de caricature pour certains hauts personnages (par exemple Henri IV sculpté par R. Doré dont le style alerte et très caractéristique se retrouve sur les calvaires de Commana et de Saint-Thégonnec). On peut aussi trouver parmi les très nombreux personnages le portrait d´un des créateurs des oeuvres d´art de l´enclos, un peu comme le fit plus tard Alfred Hitchcock dans ses films. A Guimiliau, le Saint Joseph qui protège la fuite en Égypte, habillé en riche bourgeois du XVIème siècle, représente peut-être un des bienfaiteurs de la paroisse ou l´un des artistes comme Derien Pouliquen ou Jacques Quotyan dont les noms sont gravés sur les fonts baptismaux.
Par ailleurs l´église de l´enclos paroissial mérite une visite pour les oeuvres d´art qui y sont présentes, comme par exemple le magnifique retable de Commana, dont les belles figures naïves et poupines ont été sculptées par un artiste de la marine de Brest, plutôt habitué aux figures de proue des navires.
L´église de l´enclos de Pleyben possède des poutres sablières (car reposant sur un appui de granite rempli de sable pour décourager les bêtes nuisibles au bois) décorées de toute beauté.

Tous ces magnifiques témoignages d´un art populaire très riche et qui fut très vivant mérite que l´on y consacre quelques week-end, voire tout un voyage de découverte pour ceux qui n'ont pas la chance d'habiter à proximité !

Bernard Le Lann

Un double clic fait remonter en haut de page
 • Retour à la liste des articles
ATTENTION: il devient très difficile pour moi de maintenir ce site philateliefrancaise.fr qui reprend la plupart de rubriques de Phil-Ouest
En effet le site philateliefrancaise.fr avait été mis en ligne afin, notamment, de faciliter la maintenance des nouveautés sur le site de la F.F.A.P. (Fédération Française des Associations Philatéliques).

La FFAP ne se servant plus de cette facilité je n'ai plus de raisons de maintenir le site philateliefrancaise.fr qui me coûte du temps et de l'argent.
En conséquence depuis le 1er février 2018 ce site n'est plus maintenu,
ni mis à jour.
Il me sert pour quelque temps encore de plateforme de tests.
Je vous propose donc d'ores et déjà de modifier vos favoris en y remplaçant philateliefrancaise.fr par Phil-Ouest. Vous y retrouverez les mêmes données et une structure identique.
En vous remerciant de votre compréhension je vous donne donc rendez-vous sur Phil-Ouest

Google

     
Ce site a été visité 5875582 fois - cette page a été visitée 3532 fois - précédente visite le 25/05/2018 à 01h 29mn
Mois de mai 2018: 129 746 visites cumulées des pages pour 54 717 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...